Que faire quand une personne âgée refuse la maison de retraite ?
Numéro non surtaxé :
Rappelez-moi

Que faire quand une personne âgée refuse la maison de retraite ?

refus maison retraite

Il peut être difficile de convaincre un proche d’entrer en EHPAD ou en maison de retraite. Pourtant, vivre avec une personne âgée ou laisser seul un parent en perte d’autonomie n'est pas toujours facile.

Sachant qu’une personne âgée a le droit de refuser l’entrée en EHPAD, même si elle en a vraiment besoin, le processus peut s’avérer difficile. D’autant que cette question survient généralement après un événement difficile (chute, perte d’autonomie, décès du conjoint…).

Toutefois, il existe des alternatives qui permettent de mettre une personne en maison de retraite, et ce, même contre sa volonté.

 

Bon à savoir :

Avant de songer au placement en maison de retraite, pensez d'abord à l’aide à domicile et à l’aide au maintien à domicile. Des aides financières sont disponibles pour faciliter le maintien à domicile de votre proche.

 

Refus d'entrer en maison de retraite : quelles sont les principales raisons ?

 

Le refus d’entrée en maison de retraite résulte souvent d’idées reçues. Parfois, il suffit de se rendre sur place avec la personne âgée pour lever ses doutes ou dissiper ses craintes.

 

Lorsqu’une personne âgée refuse d’aller en maison de retraite, les raisons sont généralement les suivantes :

-        Elle souhaite rester à domicile ;

-        Elle refuse d’accepter sa perte d’autonomie ;

-        Le sentiment de culpabilité des proches : l’idée de laisser son parent à l’abandon ;

-        La minimisation de ses problèmes de santé ;

-        Peur de la solitude ;

-        Le budget nécessaire pour un placement en établissement médicalisé ;

-        Le manque d’information.

 

Peut-on placer une personne en EHPAD contre sa volonté ?

 

Placement en EHPAD et consentement : que dit la loi ?

La loi du 28 décembre 2015 précise que toute personne âgée en perte d’autonomie a "droit à des aides adaptées à ses besoins et à ses ressources, dans le respect de son projet de vie, pour répondre aux conséquences de sa perte d'autonomie, quels que soient la nature de sa déficience et son mode de vie".

Toute prise en charge par un établissement médicalisé est donc soumise à consentement. Ce consentement est attendu lorsque la personne âgée est en compréhension, c’est-à-dire qu’elle possède sa capacité de discernement. Il est également attendu que cette personne soit en capacité de faire un choix.

Lors de la conclusion d’un contrat de séjour, le directeur de l’établissement ou toute personne désignée par lui s’assure du consentement de la personne qui va être accueillie.

 

La mise sous tutelle

Il est possible de mettre une personne en maison de retraite contre sa volonté. Pour cela, il faut obtenir un avis médical.

Si votre proche ne dispose plus de son entière capacité à prendre des décisions, vous pouvez alors le signaler au procureur de la république. Cette déclaration entamera la procédure de mise sous protection juridique, aussi appelée mise sous tutelle. Un juge des tutelles se chargera alors du dossier et fera appel au médecin traitant.

C’est alors au médecin traitant de formuler la demande d’entrée en maison retraite s’il le juge nécessaire. À l’arrivée en maison de retraite, le médecin coordonnateur donnera aussi son avis pour l’admission de la personne âgée.

Placer un senior en établissement médicalisé contre sa volonté est possible. Vous devez seulement prouver la nécessité d'une telle démarche : démence, sénilité, perte d’autonomie trop importante...

 

Quelles solutions pour convaincre la personne âgée d'entrer en EHPAD ?

 

Le médecin coordinateur

Le médecin coordonnateur fait partie de l’équipe de l’établissement de soin.

Avant l’admission d’un résident, il donne un avis sur l’adéquation de son état de santé avec les capacités de prise en charge de l’établissement. Il étudie le dossier médical du senior et le reçoit dans le cadre d’une visite d’admission. Il élabore et met en œuvre le projet de soins, qui détermine les modalités de prise en charge des résidents.

Il est très bien placé pour exposer les avantages d’une prise en charge au futur résident, ainsi que la façon dont fonctionne l’établissement.

 

L'assistante sociale

Dans les cas où la communication est difficile, une assistante sociale fait office d’intermédiaire entre la famille et le senior.

Parfois, certains seniors sont plus enclins à écouter des personnes étrangères à leur famille. Ils réalisent au travers du discours objectif de l’assistant social que leur famille est bienveillante.

Par ailleurs, l’assistance sociale vous assiste au travers des nombreuses tâches administratives que suppose le placement d’un proche en EHPAD.

Une assistante sociale vous aide à formuler les demandes d'aides financières. De plus, elle peut vous informer sur les différentes possibilités d'hébergement existantes ou les conditions d'une mise en place pour un maintien à domicile. Dans ce dernier cas, elle vous présentera les services disponibles (domotique, infirmière, repas à domicile, téléassistance).

 

Les services d’aide à la personne

Les services d'aide à la personne (soins infirmiers et/ou services d'aide à domicile) sont généralement plus abordables qu'une entrée en maison de retraite.

Les personnes intervenant auprès de votre proche dans le cadre des services d’aide à la personne seront en capacité de l’informer de son état objectivement. Elles pourront lui recommander un placement en maison de retraite et appuyer votre décision.

 

Les résidences services

Les résidences services sont des structures privées, commerciales ou associatives. Les seniors qui y résident peuvent être propriétaires ou locataires.

Ils peuvent bénéficier de services divers : portage de repas, prise de repas en commun avec d’autres résidents, ménage et participation à des activités en groupes.

La résidence service est une solution intermédiaire entre l’EHPAD et le domicile. Elle offre une bonne prise en charge et de la sécurité à votre proche, tout en lui permettant de conserver une certaine autonomie.

 

Les résidences temporaires

L’hébergement temporaire offre des solutions d’hébergement de courte durée aux seniors.

Il est possible d’être hébergé temporairement dans un établissement de soins pour personnes âgées ou chez des accueillants familiaux.

Cette solution offre la possibilité aux seniors de pouvoir continuer à vivre chez eux, tout en ayant ponctuellement recours à des hébergements temporaires.

Les proches peuvent aussi s’absenter temporairement sans s’inquiéter.

L’hébergement temporaire peut aussi être utilisé comme une première étape avant une entrée définitive en maison de retraite. Ainsi, le senior pourra constater les avantages d’une prise en charge et sera moins réticent à l’entrée en EHPAD.

 

La téléassistance pour personnes âgées

Avant d’opter pour la maison de retraite, des solutions connectées comme la téléassistance peuvent accompagner les personnes âgées en perte d’autonomie dans leur domicile.

À l’aide d’un simple bouton d’appel, un système de téléassistance peut avertir les proches aidant ou un plateau de téléassistance en cas de problème (chute, malaise, isolement).

Cette solution favorise ainsi le maintien à domicile des personnes âgées tout en rassurant leurs aidants qui sont prévenus instantanément si la situation le nécessite.

En associant la téléassistance avec les services d’aides à domicile, les seniors ont la possibilité de rester plus longtemps chez eux. C’est un bon compromis avant d’entrer en maison de retraite.

 

 

Copyrights © 2019 - 2021 Tous droits réservés à KRG Corporate - Mentions légales / Conditions générales / Politique de confidentialité