Qu'est ce que le syndrome post chute des personnes agées ?
Numéro non surtaxé :
Rappelez-moi

Tout savoir sur le syndrome post-chute chez les seniors

syndrome post chute

 

La chute est l’accident le plus fréquemment rencontré chez les seniors. En effet, 30 % des personnes de plus de 65 ans et 50 % des plus de 80 ans chutent au moins une fois par an. Chaque année, environ 450 000 personnes de plus de 65 ans ont recours aux services de secours suite à une chute.

Après une chute, une personne âgée peut avoir des difficultés à se relever, mais aussi des douleurs et/ou des blessures. Dans certains cas, on constate l’apparition d’un syndrome post-chute.

Qu’est-ce que le syndrome post chute ? Comment le diagnostiquer ? Quelles sont les personnes à risque et comment lutter efficacement contre les chutes ? On fait le point.

 

Qu'est-ce que le syndrome post chute ?

 

Le syndrome post chute se définit par une altération de l’équilibration et de la marche, une diminution des activités physiques et de l’autonomie et des troubles d’ordre psychologique. La personne âgée rencontre un véritable blocage au niveau des automatismes de l’équilibre et de la marche.

Ces symptômes sont constatés alors que les examens médicaux sont normaux.

 

Le syndrome post chute touche environ une personne âgée qui chute sur cinq. Lorsqu’il n’est pas reconnu ou traité, ce syndrome peut évoluer vers un syndrome régressif majeur. Le senior rencontre alors de graves répercussions physiques, psychiques et sociales.

 

Comment diagnostiquer le syndrome post chute chez une personne âgée ?

 

Dans tous les cas, une personne âgée faisant face à ce syndrome se retrouve dans l’impossibilité de trouver son centre de gravité en position debout. Elle est donc constamment en perte d'équilibre.

Généralement, la personne présente également des troubles en position assise. Ces symptômes traduisent la fragilité psychologique causée par le choc émotionnel.

 

Bon à savoir :

La plupart des personnes âgées touchées par le syndrome post chute ne parviennent plus à tenir debout sans s’aider de leurs bras. Le senior est alors en rétropulsion et son buste est tendu vers l’arrière.

 

Il est possible de diagnostiquer le syndrome post-chute en deux phases : la phase aiguë et la forme chronique.

En phase aiguë, la personne âgée présente : peur, anxiété, perte d’initiative, refus de se déplacer, tendance à partir en arrière (rétropulsion).

Dans la forme chronique, la personne reste confinée à domicile. Elle a peur de sortir et de tomber. Elle présente des symptômes de rétropulsion en position debout, avec appui du pied sur le talon et orteils en griffes. La marche est précautionneuse et les pieds semblent aimantés au sol. Les mains du senior ont alors tendance à s’agripper aux meubles ou à la personne la plus proche.

 

Il est possible de contrecarrer l’évolution du syndrome post-chute. Pour cela, il doit être pris en charge précocement. En l’absence d’un traitement rapide et adapté, ce syndrome peut évoluer vers une perte d’autonomie physique majeure.

 

Bon à savoir :

Si la personne âgée est restée longtemps au sol sans parvenir à se relever, cela représente un facteur pronostique défavorable. De même, les antécédents de chute répétés favorisent l’apparition du syndrome post-chute.

 

Si vous pensez être concerné·e par ce syndrome, parlez-en à votre entourage, à votre personnel soignant ou à votre médecin.

 

Quelles sont les personnes à risque pour ce syndrome ?

 

Le syndrome post chute est le plus souvent rencontré chez les personnes âgées de plus de 65 ans. Certains seniors sont plus à risque que d’autres. Parmi eux :

  • Les personnes qui ont déjà eu des problèmes de santé nécessitant un alitement ;
  • Les personnes ayant déjà chuté ;
  • Les patients chez qui a été constaté l’apparition de troubles cognitifs ;
  • Les personnes subissant une baisse de l’acuité visuelle ;
  • Les personnes sous traitement médicamenteux lourd ;
  • Les personnes âgées consommant beaucoup d’alcool ;
  • Les personnes âgées vivant dans un logement inadapté.

 

Comment lutter efficacement contre le syndrome post chute ?

 

La première option, et la plus simple, consiste à tout faire pour prévenir les risques de chute de la personne âgée.

Pour en savoir plus, consultez notre article : Comment effectuer des travaux d'adaptation au logement chez une personne âgée ?  

Si le senior a déjà été diagnostiqué en syndrome post-chute, alors il devra faire l’objet d’une prise en charge spécifique et pluridisciplinaire.

 

Une prise en charge pluridisciplinaire obligatoire

 

Afin de faire un travail de rééducation optimal, il est nécessaire d’avoir une approche pluridisciplinaire. Dans ce cas, l’ensemble du personnel soignant et des aidants est mobilisé : aide-soignant, médecin, infirmière, psychothérapeute, ergothérapeute, etc.

L’objectif premier est de rassurer la personne âgée. Pour ce faire, elle sera sollicitée le plus possible afin d’exécuter tous les gestes du quotidien.

Un kinésithérapeute pourra également proposer des exercices de rééducation comme des mouvements d’équilibration de la marche ou de travail postural. Le senior pourra aussi bénéficier d’un apprentissage des changements de position et d’aide à la correction de la marche, par exemple.

 

La prévention d’éventuelles futures chutes a aussi toute sa place dans le protocole de soin. Il existe diverses solutions préventives, comme les dispositifs de téléassistance et de téléalarme. Ces services permettent de détecter la chute d’une personne âgée et de prévenir immédiatement les services de secours. Il existe aussi les solutions de réaménagement des logements seniors pour favoriser l’autonomie (adaptation salle de bain, baignoire adaptée, cuisine adaptée,..).

 

La téléassistance, un premier pas vers la lutte contre le syndrome post chute

 

La chute est un événement qui peut s’avérer traumatisant dans la vie d’un senior. C’est d’ailleurs pour cela que l’on voit parfois apparaître un syndrome post chute.

Dans la plupart des cas, ce syndrome fait suite à une incapacité pour le senior de se relever seul. Ce long moment passé au sol avant d’être secouru est à l’origine du traumatisme.

 

Pour contrer cela, une réponse simple existe : le bracelet alarme senior

Parfois appelé téléalarme, ce service permet au senior de contacter un téléopérateur à toute heure du jour et de la nuit, tous les jours. Il lui suffit d’appuyer sur le bouton du bip d’assistance. Ce bouton peut être porté en pendentif ou en bracelet.

L’opérateur de téléassistance qui reçoit l’appel d’alerte fait alors rapidement intervenir les secours.

 

Il existe aussi des services de téléassistance intelligente qui détectent les chutes au sol sans que la personne âgée n’ait besoin d’appuyer sur le bouton d’alarme.

 

teleassistance senior

Recherche

Copyrights © 2019 - 2022 Tous droits réservés à KRG Corporate - Mentions légales / Conditions générales / Politique de confidentialité